HomeLatest ThreadsGreatest ThreadsForums & GroupsMy SubscriptionsMy Posts
DU Home » Latest Threads » Forums & Groups » Topics » Arts & Humanities » Groupe Francophone (Group) » Francophonie : la vision ...

Tue Mar 20, 2018, 09:44 AM

Francophonie : la vision de Macron ne plait pas tous les francophones

(Today on International Francophone day President Macron rolls out an ambitious plan to revive le français but critics in Africa call it neo-colonialism. Meanwhile in Quebec he is taken to task for his frequent Anglicisms)

Le Journal du Dimanche, 20 mars 2018

Emmanuel Macron expose mardi à l'Institut de France sa "stratégie" pour promouvoir la langue française partout dans le monde. Mais sa vision et sa méthode ne font pas l'unanimité.


Emmanuel Macron au Sénégal le mois dernier.

Emmanuel Macron a prévenu : il ne fera pas partie des "défenseurs grincheux" de la langue française, lui qui se voit plutôt - et par opposition à ce terme - comme un "défenseur conquérant et ambitieux". Le chef de l'Etat a en tout cas pris la main sur ce sujet. Mardi à l'occasion de la Journée internationale de la francophonie, il veut exposer sa "stratégie" pour promouvoir le français partout dans le monde. Cette "vision", présentée à l'Institut de France à Paris devant notamment les membres de l'Académie française, se veut "décomplexée", précise l'Elysée. Quitte à bousculer un peu… Certains le lui ont en tout cas fait savoir.

Principale voix critique à avoir émergé ces dernières semaines : l'écrivain franco-congolais Alain Mabanckou. L'auteur de Petit piment, Mémoires de porc-épic ou encore de Verre cassé a notamment refusé de collaborer avec Leïla Slimani, la romancière franco-marocaine qu'Emmanuel Macron a nommée sa "représentante personnelle pour la francophonie". Dans une lettre publiée en janvier, il estimait que la francophonie "reste malheureusement encore perçue comme la continuation de la politique étrangère de la France dans ses anciennes colonies".

Une "Francophonie" venue de Paris

Avec lui, d'autres intellectuels africains redoutent que le plan du président français ne soit en réalité que l'expression d'un néo-colonialisme. "Si Emmanuel Macron s'était effectivement départi du passé colonial, il aurait consulté, écouté et dialogué davantage. Cette vision unilatérale, jupitérienne peut-être, ne trouvera aucun écho favorable à Dakar comme à Djibouti, à Casa comme à Kinshasa", explique ainsi à l'AFP Abdourahman A. Waberi, écrivain franco-djiboutien.

Principal reproche de ces personnalités africaines : la francophonie telle qu'est apparaît institutionnellement, avec le siège de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) basée à Paris, est un moyen de conforter les régimes dictatoriaux en Afrique. La Francophonie "permet à la France de continuer de soutenir activement des potentats qui brutalisent leurs peuples en français", résume notamment le Camerounais Achille Mbembé, théoricien du postcolonialisme. En outre, cette francophonie renverrait une image de verticalité supposant notamment que le français est d'abord la langue de la France. Emmanuel Macron avait pourtant tenté de battre en brèche cette critique : "La langue française est autant, voire davantage, africaine que française", avait lancé le président français au Burkina Faso en novembre.

Le chef de l'Etat assure au contraire défendre "une conception ouverte" de la francophonie. Et pour apaiser les craintes, il s'est voulu le plus inclusif possible : le plan "pour le français" est également intitulé "pour le plurilinguisme dans le monde". Le français ne veut donc pas s'imposer contre les autres langues - notamment les langages vernaculaires comme le wolof sénégalais par exemple - à la différence de l'anglais, qui "digère" les autres parlers, a expliqué récemment le Président.

Au Québec, on s'étonne des anglicismes de Macron

Mais au-delà de l'Afrique, l'aptitude toujours prompte d'Emmanuel Macron à utiliser les anglicismes provoque également des étonnements au Québec. En recevant début mars le Premier ministre québécois, Philippe Couillard, le chef de l'Etat avait revendiqué de parler "à la fois en français […] ou en anglais, parce [qu'il] pense que cela renforce la francophonie". Pas forcément audible dans la province canadienne où le français, qui y est langue officielle, est confronté au quotidien à l'anglais. "Comment diable l’usage de la langue anglaise pourrait-il bien avoir un tel effet bénéfique?", s'est notamment interrogé le Mouvement Québec français, une organisation qui défend la langue française, évoquant "le fossé est particulièrement profond entre Emmanuel Macron et les francophones minoritaires du Canada". "Il ne s'agit pas de faire la danse du ventre en prétendant 'déringardiser le français', mais de cesser de plier l'échine devant une mondialisation qui veut nous imposer sa langue, sa morale et sa culture", critiquait aussi récemment un éditorial du quotidien québécois Le Devoir.

http://www.lejdd.fr/politique/francophonie-la-vision-de-macron-ne-plait-pas-a-tous-les-francophones-3604370

1 replies, 1593 views

Reply to this thread

Back to top Alert abuse

Always highlight: 10 newest replies | Replies posted after I mark a forum
Replies to this discussion thread
Arrow 1 replies Author Time Post
Reply Francophonie : la vision de Macron ne plait pas tous les francophones (Original post)
ucrdem Mar 2018 OP
ucrdem Mar 2018 #1

Response to ucrdem (Original post)

Tue Mar 20, 2018, 04:55 PM

1. Francophonie : cinq points cles du discours d'Emmanuel Macron

La Croix (avec AFP) , le 20/03/2018 à 18h32

Dans un discours sur la francophonie mardi 20 mars, Emmanuel Macron a présenté une trentaine de mesures pour renforcer la place de la langue française dans le monde, ainsi que des préconisations sur les programmes enseignés à l’école.


Emmanuel Macron prononce un discours sur la francophonie, le 20 mars 2018 à l’Académie française.

Ludovic Marin/AFP

Sous la coupole de l’Académie française, le président Emmanuel Macron a présenté mardi 20 mars sa stratégie sur la francophonie. Il a notamment formulé quelques exigences sur les programmes et énuméré une trentaine de mesures destinées à renforcer « la place et le rôle » de la langue française.

Retour aux fondamentaux à l’école

Emmanuel Macron souhaite que « la lecture [soit] au cœur de l’apprentissage ».

Entrant dans le détail, il a demandé « des exercices multipliés, de la dictée à la pièce d’éloquence, de la lecture à voix haute à la chanson, de la récitation à la réflexion sur la racine des mots, qui passe par la revitalisation résolue des langues anciennes ».

Souhaitant le retour aux « œuvres intégrales », le chef de l’État a aussi demandé que soient lus davantage d’écrivains étrangers en langue française et que la journée du 20 mars soit « dédiée à la connaissance des littératures en langue françaises à l’école ».

Doubler le nombre d’élèves dans les lycées français à l’étranger

Emmanuel Macron a fixé l’objectif de doubler le nombre d’élèves dans les lycées français à l’étranger qui sont, selon lui, la colonne vertébrale » de l’enseignement du français. Ils accueillent actuellement près de 350 000 jeunes dans 500 établissements à travers le monde.

« Ce réseau sera consolidé et dynamisé », a indiqué le chef de l’État, afin de répondre à la demande croissante d’enseignement français à l’étranger. Pour cela, il faudra développer, selon lui, les établissements « partenaires » et créer des pôles régionaux de formation pour former les nouveaux enseignants.

Doubler le nombre d’étudiants étrangers en France

Parmi les autres mesures annoncées, Emmanuel Macron a l’ambition de doubler le nombre d’étudiants étrangers en France venant des pays émergents, qui doivent être accueillis dans de meilleures conditions. Un plan sera présenté début 2019.

Davantage de cours de français gratuits pour les réfugiés

Le chef de l’État a également insisté sur la nécessité d’améliorer l’accès au français pour les réfugiés en France, qui ont droit actuellement à 250 heures d’apprentissage. Mais « je vous défie d’apprendre le français en 250 heures », a-t-il dit, en annonçant que le volume de cours gratuits serait porté à 400 heures, voire à 600 heures pour ceux qui ne maîtrisent ni la lecture ni l’écriture.

Un hommage rendu à « ces héros bien particuliers qu’on appelle les profs de français »

« Le professeur de français est cette figure centrale qui forge l’esprit, la sensibilité, la mémoire, la curiosité car la grammaire, le vocabulaire, l’étymologie et la littérature sont le terreau où nos vies s’enracinent », a déclaré Emmanuel Macron, estimant que « tous ici avons une dette à l’égard de ces éveilleurs ».


https://www.la-croix.com/France/Politique/Francophonie-cinq-points-cles-discours-dEmmanuel-Macron-2018-03-20-1200922433?from_univers=lacroix
........................................

This will be good news to French teachers ..

Reply to this post

Back to top Alert abuse Link here Permalink

Reply to this thread